Notre projet
Pour grandpuits

La démarche de
transformation
du site

Principes et objectifs de la transformation du site de Grandpuits

Il est envisagé d’engager la transformation du site de Grandpuits vers un site sans pétrole, tourné vers les énergies et produits zéro carbone, de sorte à assurer la pérennité du site.

La transformation du site de Grandpuits repose sur le développement de plusieurs activités d’avenir dans le domaine de la biomasse et de l’économie circulaire. Elle s’inscrit dans l’engagement de TotalEnergies en faveur de la transition énergétique et dans son ambition d’atteindre la neutralité carbone, en phase avec la société, d’ici 2050, depuis la production jusqu’à l’utilisation par ses clients de ses produits énergétiques vendus.

Grandpuits resterait ainsi un site industriel majeur qui s’appuierait sur le savoir-faire et la compétence de ses équipes et les installations existantes pour accueillir de nouvelles activités industrielles. Compte tenu du contexte territorial, la transformation du site permettrait de renouveler l’attractivité du territoire par le biais de projet innovants et de renforcer les liens existants entre le site et son environnement. 

Les trois axes majeurs de TotalEnergies pour atteindre son ambition de la neutralité carbone en 2050

  • Neutralité carbone pour les opérations mondiales de TotalEnergies en 2050 ou avant (scope 1+2) ;
  • Neutralité carbone de nos clients dans le monde en 2050 ou avant (scope 3) ;
  • Neutralité carbone en Europe pour l’ensemble de sa production et de l’utilisation de ses produits énergétiques vendus à ses clients en 2050 ou avant (scopes 1+2+3).
La raffinerie de Grandpuits actuelle
Photo-montage indicatif du site après mise en œuvre des projets
Implantation des différents projets sur le site de Grandpuits

Trois projets industriels autonomes

La transformation du site de Grandpuits se traduit par la mise en œuvre de trois projets industriels autonomes :

Une activité de recyclage de déchets plastiques: Projet PYROLYSE

Une activité de production de biocarburants: Projet BIOJET-SMR

Une activité de production de bioplastiques: Projet PLA

Chaque projet correspond à des fonctionnalités différentes en termes de procédés techniques. De même, les sources d’approvisionnement, les débouchés et les marchés visés par chaque projet sont distincts. Chacun de ces projets répond à une finalité industrielle propre, serait porté par un exploitant distinct et donnerait lieu à la délivrance d’une autorisation environnementale spécifique.

Les unités fonctionneront de manière autonome. Elles seraient implantées sur des parcelles distinctes, libérées par la fermeture projetée de la Raffinerie et feraient, à ce titre, l’objet d’une autorisation d’urbanisme spécifique. Enfin, la réalisation des trois projets s’opèrerait selon des calendriers prévisionnels indépendants.

Les alternatives aux projets

Le remplacement du PLIF pour la poursuite de l’exploitation de la Raffinerie : une solution écartée

Les deux options pour poursuivre l’exploitation du PLIF sont soit le maintien d’une utilisation partielle, mais sans garantie de durabilité, soit sa réfection complète, nécessitant un investissement estimé à 595 millions d’euros et un délai total de remplacement estimé à au moins 6 ans (définition du tracé, obtention des autorisations nécessaires et des contentieux associés). Dans les deux cas, la pérennité économique de la Raffinerie ne peut être assurée.

Implanter chacun des projets sur un autre site industriel

Les technologies des projets PLA et BIOJET-SMR pourraient être déployées chacun sur un autre site distinct, en France ou en Europe. Cette solution ne permettrait pas de garantir la pérennité d’un pôle industriel et les emplois associés sur le site de Grandpuits.

Implanter des activités d’autres natures à Grandpuits

L’arrêt des activités de la Raffinerie va libérer des compétences humaines, des installations existantes et un foncier important, susceptible d’accueillir de nouvelles activités innovantes. Parmi les activités qui pourraient se développer, l’unité BIOJET va permettre la réutilisation de certaines unités de la Raffinerie et également mobiliser les compétences existantes des ressources internes et externes.

Ces projets ont des finalités propres et d’autres activités constitueraient un complément d’activité aux projets PLA et BIOJET-SMR. Implanter d’autres projets en lieu et place de l’unité BIOJET ne permettrait pas cette complète réutilisation des équipements existants.

Implanter le projet PYROLYSE sur un autre site industriel

La technologie du projet PYROLYSE pourrait être déployée sur un autre site, en France ou en Europe. Cette solution ne permettrait pas de garantir la pérennité d’un pôle industriel et les emplois associés sur le site de Grandpuits.

Ne pas développer ce type de solutions de recyclage plastique au sein de TotalEnergies

Renoncer au développement de solutions de recyclage par pyrolyse du plastique ne permettrait pas à TotalEnergies d’atteindre l’ambition qu’il s’est fixé en qualité de producteur de polymères et participerait aux difficultés que rencontre le secteur européen du recyclage du plastique.

Ne pas développer le projet PLA en France

TotalEnergies produit des polymères - polyéthylène, polypropylène, polystyrène - qui entrent dans la composition des plastiques. Dans le cadre de la démarche engagée depuis plusieurs années avec l’ensemble des acteurs de la filière plastique pour améliorer la gestion de la fin de vie des plastiques et réduire leur empreinte environnementale, TotalEnergies cherche à mettre au point des plastiques dont la production nécessite moins de matières premières d’origine fossile, mais davantage de matières renouvelables. Renoncer au développement de solutions de production de PLA en France réduirait la contribution à l’atteinte des objectifs français, européens et internationaux relatifs à la modération de l’utilisation des matières premières fossiles et à l’amélioration de la gestion de fin de vie des plastiques.

 

Ne pas développer le projet BIOJET-SMR en France

Renoncer au développement de solutions de production de biocarburant en France réduirait la contribution à l’atteinte des objectifs français, européens et internationaux de lutte contre le changement climatique via le développement des biocarburants et en particulier aériens.

Ne pas produire d’hydrogène sur le site

L’unité SMR projetée sur le site permettrait d’alimenter en hydrogène l’unité BIOJET. Compte tenu des volumes d’hydrogène nécessaires pour l’unité BIOJET, seul un transport par pipeline pourrait le cas échéant être envisagé, entre une unité de production d’hydrogène qui serait à déterminer et le site de Grandpuits. Toutefois, en complément des impacts liés à la construction d’un nouveau pipeline, que ce soit d’un point de vue environnemental ou socioéconomique, la construction d’un ouvrage et d’une unité déportée de fabrication d’hydrogène ne pourrait être envisagée dans un calendrier compatible avec le démarrage envisagé de l’unité BIOJET. À l’inverse, la mise en place d’une unité de production d’hydrogène sur un site déjà industrialisé limite l’impact environnemental, et permet en outre de maintenir une activité industrielle sur le site de Grandpuits en compensation de l’arrêt des activités de la Raffinerie.

L’articulation entre la concertation volontaire du projet PYROLYSE et la concertation des projets PLA et BIOJET

Pour poursuivre la démarche d'information et de dialogue déjà engagée sur le projet PYROLYSE, une concertation volontaire au titre de l’article L.121-17 du Code de l’environnement s'est tenue du 5 au 30 avril 2021. Les projets PLA et BIOJET-SMR, participant à la transformation de la Raffinerie, font l’objet d’une concertation distincte, organisée par la CNDP, au titre de l’article L.121-8 du Code de l’environnement. 

Les deux concertations ont lieu sous l’égide de deux garants désignés par la CNDP : Jacques ROUDIER et Jean-Luc RENAUD.

Consulter l'espace garants

Même si les procédures de participation du public sont distinctes, les contributions reçues à l’occasion de l’une ou de l’autre viendront nourrir la démarche dans son ensemble. Ainsi, la concertation volontaire mise en place sur le projet PYROLYSE a été l’occasion de présenter les autres projets participant à la transformation de la Raffinerie, afin que l’ensemble des parties prenantes et du grand public soient sensibilisés et mobilisés en vue de la procédure de concertation préalable à organiser pour les projets PLA et BIOJET-SMR. De la même manière, les contributions reçues dans le cadre de la concertation sur les projets PLA et BIOJET-SMR seront prises en compte, autant que possible, dans la conception du projet PYROLYSE.